Petit lexique du Sud de la France

Voici un article très intéressant de Libération sur le vocabulaire utilisé dans le sud de la France avec notamment la grande question philosophique: pain au chocolat ou chocolatine ?

LEXIQUE: lien

Adieu (prononcer «adiou»)
Dans le Sud-Ouest, se dit aussi bien en arrivant qu’en repartant et y compris si on se revoit le lendemain.

A l’an pèbre
La dernière fois que vous avez croisé votre copain Marcel : vous vous souvenez plus tellement c’était il y a longtemps…

Après (pour avant)
«Arrête, je te l’ai dit après.» Il l’a dit avant, en fait. Certaines personnes emploient le «après» à la place du «avant». Compris ?

Bisquer
Râler comme un pou. Etre dépité, énervé…

Botch
«Il est botch» à Montpellier signifie «il est complètement con».

Boucan
Si vous êtes à Marseille et que l’on vous traite de «boucan», sachez que, pour une raison ou pour une autre, on vous prend pour un boulet. Pèbre ou pébron en sont des synonymes. Et a-t-on besoin d’expliquer ce que sont un «fada» et un «minot» ?

Boudu
Peut aussi se décliner en boudiou, s’accorder avec «con» chez les Toulousains : ça donne alors «boudu con». Ne sert pas à grand chose, si ce n’est à indiquer votre étonnement ou à ponctuer une phrase tout simplement. Exemple : «Boudu, je t’ai pas raconté ce qui m’est arrivé hier soir.» Ou, en fin de phrase. «J’ai mangé des moules, j’ai été malade hier. Boudu con.»

Cague-braille
Un cague-braille, c’est un pantalon beaucoup trop grand.

Chaler
En Provence, pour transporter une personne, sur un porte-bagages par exemple. «Je te chale sur mon booster», est l’équivalent de «je t’emmène sur mon scooter».

Chocolatine
Et si la vraie fracture française séparait les consommateurs de pain au chocolat et les amateurs de chocolatine ? Au terme d’une grande enquête, un blogueur avait en tout cas réussi à représenter sur une carte le tracé de cette frontière boulangère.

Chourrer
Au Pays basque, si on vous avertit que «ce soir aux fêtes de Bayonne, ça va chourrer», ce n’est pas pour vous avertir de menaces sur votre portefeuille, mais que la pluie menace.

Emboucaner
En bon Marseillais, si quelqu’un vous tape sur les nerfs, on peut lui dire «tu m’emboucanes». Encore plus folklorique, «tu m’escagasses», mais cette expression-là est franchement désuète.

En suivant
«Je vous rappelle en suivant», expression ultra classique dans le Sud. Ne faites pas la mine étonnée si vous l’entendez, les gens du Sud n’ont absolument pas conscience que cette expression est géographiquement localisée. Donc, continuez la conversation, comme si de rien n’était.

Escaner
Faites gaffe à ne pas vous escaner (étouffer) en mangeant du cassoulet de chez Spanghero – qui au passage, après l’affaire des lasagnes au cheval, s’appelle désormais «Saveurs occitanes».

Estrasse
Une estrasse, c’est une loque. Par exemple, si on vous dit que vous portez une estrasse, c’est que votre robe ne ressemble vraiment à rien. On peut aussi dire «être une estrasse» si on a deux de tension.

Espanter
Chez les Cathares, vous serez peut-être espanté par la beauté du paysage, donc épaté, bluffé.

Galéjade
Terme popularisé par Marcel Pagnol pour décrire la façon dont ses livres et pièces parlaient de Marseille et de la Provence. Stricto sensu, galéjade signifie blague, plaisanterie…

Kaskarot (prononcer «cachcarote»)
Sur la côte basque, c’est historiquement la vendeuse de poisson au verbe haut et aujourd’hui, au sens large, la commère ou la bavarde, qui pipiate sur les voisins et les touristes à longueur de journée. Sur la côte méditerranéenne, la kaskarot s’appelle une «pispet». Ou un pispet, ça existe aussi.

Il me tarde
Dans la partie haute de la France, on dit «j’ai hâte». Dans le sud, nous vous conseillons vivement de faire un couper-coller en remplaçant par «il me tarde». Cela passera beaucoup mieux, le «j’ai hâte» étant considéré comme franchement pompeux.

Moins
L’inverse de «plus», jusque là vous suivez. Sauf que dans le Sud, on prononce le «s» : «J’en veux moinS.» Bon à savoir : de manière générale, les gens du Sud prononcent toutes les lettres, dans les noms de famille ou de village par exemple.

Pitchoun, pitchoune
Les enfants, et par extension, les gens que vous aimez bien. Attention, n’allez quand même pas appeler un retraité «pitchoun», ça ne passerait pas.

Rouméguer
«Tu roumègues ?», après une partie perdue de pétanque par exemple. Rouméguer veut dire «râler».

Quicher
«Quicher» à Montpellier, signifie «serrer fort». Si quelqu’un vous dit «viens que je te quiche», c’est qu’il veut vous serrer dans ses bras.

Si il faut (prononcer «sifaut»)
Synonyme de «peut-être» («T’as fait des boles de Picoulat, sifaut il passera demain les manger») ou de «c’est obligé» («T’as fait des boles de Picoulat, il passera demain les manger sifaut»). En usage immodéré dans les Pyrénées orientales (et sifaut le Sud en général).

Tcharer
Un bête synonyme de discuter. On tchare entre copines, par exemple.

広告

コメントする

カテゴリー: Culture

コメントを残す

以下に詳細を記入するか、アイコンをクリックしてログインしてください。

WordPress.com ロゴ

WordPress.com アカウントを使ってコメントしています。 ログアウト / 変更 )

Twitter 画像

Twitter アカウントを使ってコメントしています。 ログアウト / 変更 )

Facebook の写真

Facebook アカウントを使ってコメントしています。 ログアウト / 変更 )

Google+ フォト

Google+ アカウントを使ってコメントしています。 ログアウト / 変更 )

%s と連携中